Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

21 cantons de l'Yonne

Zoom sur le Canton de Chablis

Zoom sur le Canton de Chablis

Entretien avec Sylvie Charpignon et Patrick Gendraud, conseillers départementaux du Canton de Chablis.

Quelles raisons vous ont poussés à vous présenter ou à vous représenter pour ce mandat de conseillers départementaux ?

Sylvie Charpignon : Après 25 ans d'implication dans la vie municipale à Santigny, j'ai voulu étendre mon action au niveau départemental dans un nouvel engagement de proximité. Même si j'ai encore beaucoup à apprendre, je considère ce mandat comme l'aboutissement d'un investissement au service de mes concitoyens.

Patrick Gendraud : 1er vice-président depuis 2011, je tenais à poursuivre le travail engagé depuis de longues années au service du département de l'Yonne. Le renouvellement de l'Assemblée départementale a également pesé dans ce choix. La parité homme-femme et l'arrivée de nouveaux élus apportent d'autres points de vue, ce qui est enrichissant. Enfin,j'avais envie de transmettre mon expérience.

Votre canton est très vaste, comment vous organisez-vous ?

PG : Être présents sur ce territoire aussi étendu qu'une circonscription avec ses 62 communes demande beaucoup de travail. Nous nous sommes partagés le canton entre le Nord et le Sud tout en défendant, ensemble, les grands dossiers. Une bonne communication est essentielle. Nous échangeons beaucoup par mail, sms et appels téléphoniques, c'est tout l'intérêt des nouvelles technologies…

SC : Nos personnalités respectives sont complémentaires et équilibrent parfaitement notre binôme. Nous avons un objectif commun : œuvrer pour le développement et le bien-vivre dans notre canton. Comme l'a précisé Patrick, nous avons scindé le canton en deux afin de bien incarner ce rôle de représentants à l'écoute de tous nos concitoyens.

Comment percevez-vous votre canton ? Quelles sont ses forces, ses faiblesses ?

SC : Ce canton est à 100 % rural. Sans être négative, force est de constater que seul le Chablisien a pu se développer économiquement, artisanalement et touristiquement, bénéficiant du Grand Auxerrois. Au sud, la situation est plus difficile, nous ne dénombrons que peu d'industries. Certes des réserves foncières ont été identifiées par la communauté de communes pour l'installation de PME et d'artisans, mais quel destin pour ces zones, sachant que sur le bassin de vie de l'Avallonnais, situé à 8 km, deux zones se sont créées et peinent à trouver preneur…

PG : La vigne est la grande richesse de ce canton relié de part en part par le Serein, sa colonne vertébrale. Elle contribue largement à son développement économique, elle est même un des poumons économiques du département. Sylvie a raison, le Chablisien a pu se développer touristiquement grâce et entre autres avec des villages tels que Noyers-sur-Serein, Pontigny ou encore Montréal…

Quels projets ou politiques conduisez-vous pour ce canton ?

SC : Les énergies renouvelables génératrices de retombées fiscales se développent. Des projets éoliens voient le jour, d'autres sont en gestation, sans oublier la centrale solaire de Massangis avec ses 140 ha de panneaux photovoltaïques. Les élus misent sur une voie verte (Chablis, Noyers-sur-Serein, l'Isle-sur-Serein, Montréal et Avallon) ; lové entre Vézelay, Fontenay et Pontigny, notre canton a une belle carte à jouer.

PG : J'ajouterai notre volonté de soutenir et d'accompagner toutes celles et tous ceux qui font le choix de s'installer sur notre territoire, d'y développer leur activité. Une certaine jeunesse est à l’œuvre, notamment au niveau agricole. Nous devons répondre présent car nos jeunes ont beaucoup de courage, ne comptent pas leurs heures et entendent réussir ici, sur nos terres.

Quel regard enfin portez-vous sur le Conseil départemental ?

PG : Je l'ai dit, l'arrivée de la parité et de nouveaux élus sont de très bonnes choses. Je ne peux néanmoins oublier nos contraintes budgétaires. L'État se désengage, baisse ses dotations, alors que de plus en plus de nos concitoyens demandent notre aide. En outre nos compétences et la proximité ont été mises à mal avec la loi NOTRe(1), ainsi qu’avec l’élargissement des cantons.

SC : Je crois vraiment que notre collectivité, cette institution d'autrefois, a changé. En ouvrant plus facilement ses portes, elle s'est humanisée si je puis dire. Maintenant,je constate que nous avons souvent l'esprit "canton",ce qui est compréhensible. Néanmoins, je pense qu'il nous faut élargir notre vision et travailler dans la globalité.

Propos recueillis par Christophe Lemeux

(1) Nouvelle organisation territoriale de la République.

En 3 chiffres

Carte du Canton de Chablis
  • 62 communes
  • 17 339 habitants
  • 894,89 km2 de superficie

L'aventure au jardin

Émilie Varet et Vincent Paillot - maraîchage

Chez Émilie Varet et Vincent Paillot, courgettes, tomates, potimarrons et herbes aromatiques se vendent au panier, en circuit court, sur place ou sur les marchés, notamment à Noyers-sur-Serein le mercredi. Le couple est également actif au sein du regroupement de producteurs de Montréal, "La maison hirondelle", où les clients viennent directement retirer leurs produits. "Nous avons fait le choix de vivre en milieu rural, chez nous, sur nos terres. Notre but est simple :vivre de notre métier et développer notre activité".

Agriculture

Guillaume Verdin - ferme de Clavisy

"C'est un garçon passionné et courageux qui ne compte pas ses heures. Un bel exemple pour nos jeunes". Les conseillers départementaux ne tarissent pas d'éloges sur Guillaume Verdin, installé dans la ferme familiale de Clavisy, exploitation qu'il a reprise il y a 10 ans. "Mes ancêtres étaient des maquignons, des blouses noires, et c'est avant tout par passion que j'ai repris la ferme familiale". À la tête d'un cheptel de 600 brebis, l'éleveur a lui aussi fait le choix de la vente directe.

Menant de front deux structures, l'une agricole (exploitation polyculture-élevage ovin et bovin) et l'autre commerciale, Guillaume Verdin connaît le cheminement de ses produits de bout en bout, de la ferme aux tables de restaurants gastronomiques, qu'ils soient bourguignons ou parisiens. "Faire le choix de la vente directe me permet d'adapter ma production à la demande du client. Certes cela demande beaucoup d'investissement et de temps, mais je crois sincèrement que c'est le meilleur parti".

Patrimoine

Village médiéval de Montréal

Territoire rural par excellence, le canton de Chablis n'en possède pas moins un patrimoine non négligeable que nos élus souhaitent mettre en valeur comme ici avec le village médiéval de Montréal où se sont écrites quelques grandes pages de l'Histoire de France.

"Un tel patrimoine a besoin d'être mis en lumière, explique Sylvie Charpignon, et je tiens à ce qu'un petit hommage soit rendu à Geneviève Honig qui a su développer le tourisme sur l'ancien canton de Guillon, créant le syndicat de tourisme de la Terre Plaine et participant activement à la fusion des deux syndicats Montréal-Noyers-sur-Serein. Nous avons besoin de bénévoles, de bonnes volontés".

Zoom sur le Canton de Chablis

Entretien avec Sylvie Charpignon et Patrick Gendraud, conseillers départementaux du Canton de Chablis.

Page mise à jour le mercredi 27 avril 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site