Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

L'Yonne, terre de poètes

L'Yonne, terre de poètes...

L'Yonne, terre de poètes

Passés, présents, futurs, les poètes emboîtent, étirent, détournent, contournent, agencent les mots pour créer une musicalité qui éveille des images, des émotions…

Ils jouent avec les mots comme d’autres avec les notes. Si les poètes contemporains de l’Yonne ont troqué les rimes contre une autre forme de musicalité, ils parlent toujours de sentiments, d’émotions, de désirs, de révoltes… Comme avant eux Stéphane Mallarmé, Marie Noël, Max-Pol Fouchet et tous les autres… "Les mots sont magiques, s’émerveille toujours Joëlle Brière, responsable des éditions La Renarde rouge à Véron. Que ces petits signes mis bout à bout s’agencent de telle façon à raconter des histoires est extraordinaire…".

Un réseau d’éditeurs de réputation nationale

Les poètes sont solitaires, mais de ces solitudes qui, mises les unes à côté des autres, forment des familles. Les publications et maisons d’éditions icaunaises,de portée nationale voire internationale,sont autant de traits d’union : La Renarde rouge (20 ans d’existence), la revue Décharge de Jacques Morin à Égleny (35 ans), les éditions Obsidiane de François Boddaert à Bussy-le-Repos (37 ans), les éditions de la Goulotte à Vézelay (20 ans), les éditions Rhubarbe d’Alain Kewes à Auxerre (10 ans)… Alain Kewes et Jacques Morin qui, pendant des années, ont donné rendez-vous aux amoureux de la poésie au sein de l'association La soie des vers.

Le poète qui est en nous…

Poètes patoisants, poètes ouvriers,poètes lyriques, dévots, aristocrates ou tout simplement citoyens : au fil des siècles, le département a vu naître ou hébergé de nombreux grands esprits amoureux des mots et de leur sonorité. "L’Yonne est pleine de poètes, souligne Joëlle Brière. Même ceux qui n’écrivent pas peuvent l’être : il suffit parfois de lire, d’entendre une belle phrase pour être transporté. C’est ça la poésie : des frémissements, des petits grésillements qui vous prennent à la rencontre des mots, que ce soit pour les produire, pour les lire, pour vivre avec". La poésie c’est écrire, mais c’est aussi savoir regarder,écouter, et ressentir…

Plus d’infos :

¤ MAX-POL FOUCHET : JOURNALISTE, CRITIQUE D’ART ET POÈTE À VÉZELAY

Max-Pol Fouchet - L’album des commémorations

En 1939, Max-Pol Fouchet (Saint-Vaast-la-Hougue 1913 – Vézelay 1980) crée à Alger la revue de poésie Fontaine qui devient rapidement, sous l’Occupation, la tribune de la Résistance intellectuelle française. Le journaliste, animateur d’émissions culturelles à la radio et à la télévision, professeur d’histoire de l’art entre autres activités, a acquis une maison à Vézelay, où il repose aujourd’hui. On lui doit les recueils Simples sans vertu (1937), Vent profond (1938), Les Limites de l’amour (1942), Demeure le secret (1961)…

"Pour que demeure le secret
Nous tairons jusqu’au silence
"Nul oiseau n’est coupable
Du tumulte de nos cœurs
"La nuit n’est responsable
De nos jours au fil de mort
"Il n’est que grande innocence
Et des colonnes en marche
"Mais les plaines soulignent
Notre solitude de leur blé".

¤ MARIE NOËL, LA POÉTESSE AUXERROISE

Marie Noël - Le cru d'Auxerre

De santé fragile, Marie Noël (pseudonyme de Marie Rouget, qu’elle a choisi en hommage à son jeune frère trouvé mort un surlendemain de Noël) (Auxerre 1883 – 1967) étudie principalement chez elle. Son père est professeur agrégé de philosophie au lycée Jacques Amyot. Restée célibataire après que ses fiançailles ont été rompues (un jour de Noël…), elle écrit des vers qui seront récompensés par de nombreux prix. Les chansons et les heures, Le rosaire des joies, Les chants de la merci, Chants et psaumes d’automne, mais aussi L’âme en peine, Notes intimes, Petit-jour, Le cru d’Auxerre (récit des vendanges de jadis)… forment une oeuvre mystique tantôt sombre, tantôt espiègle, tantôt rythmée comme des hymnes liturgiques.

"Être moi ! Ah ! me retrouver,
être moi, sauvage,
comme je l’ai été dans ma jeunesse quand personne ne me regardait ni ne me comptait,
quand je n’étais rien pour personne, mais mon chant pour moi".

Notes intimes (1959)

¤ MALLARMÉ : LES DÉBUTS D’UN POÈTE À SENS

Né à Paris en 1842, Stéphane Mallarmé entre au lycée impérial de Sens en 1857. Il fait durant ses années de pensionnat plusieurs découvertes majeures, dont Victor Hugo et Charles Baudelaire. Il remplit des cahiers de poèmes jusqu’à sa sortie du lycée, en 1860,qui deviendront le recueil Entre quatre murs. En 1859, alors qu’il est en classe de Rhétorique (actuelle première), trois de ses compositions sont distinguées : La prière d’une mère, qui sera publiée plus tard, Le Ciel et La Terre, restées inédites. Ces œuvres ont été consignées dans un livre d’or faisant office de tableau d’honneur. Versées par le collège Stéphane-Mallarmé en juin 2014, elles sont désormais consultables aux archives départementales de l’Yonne. Décédé en 1898 à Valvins (Seine-et-Marne), Stéphane Mallarmé reste l’initiateur, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d’un renouveau de la poésie dont l’influence se mesure encore auprès de poètes contemporains.

Stéphane Mallarmé, La prière d’une mère

Stéphane Mallarmé, La prière d’une mère, Livre d’honneur du lycée impérial de Sens, 1859. Archives départementale de l'Yonne , 1592 T 27

¤ MAIS AUSSI…

Félix Arvers (1806-1850), inhumé à Cézy, auteur de Sonnet. Fernand Clas (pseudonyme de Fernand Colas) (Leugny 1868-Paris 1935) : vers patoisants sur les scènes villageoises de l’Auxerrois. Roger de Collerye, dit Roger Bontemps (Paris 1468 –Laduz 1540). Maurice Cornevin (Sacy 1882 –Paris 1962), conteur patoisant. Paul Éluard (1895-1952), qui a écrit à Vézelay Liberté. Jacques Lacarrière (1925 – 2005), qui avait élu domicile à Sacy. Savinien Lapointe (Sens 1812 – Soucy 1893), poète ouvrier. Eugène Lefébure (Prunoy 1838 – Alger 1908), poète lié à Mallarmé au lycée de Sens. Jehan Regnier (Auxerre 1390 – 1468). François Villon (Paris 1431 — après 1463), poète lyrique.

Plus d’infos : Hommes et femmes célèbres de l’Yonne de Jean-Pierre Fontaine aux éditions Bonneton.

  • Portraits

    Découvrez trois poètes icaunais : Christine Billard, Joëlle Brière et Jacques Morin.

    Portraits de poètes icaunais

Page mise à jour le mercredi 08 juin 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site